Reconnaitre une fausse monnaie romaine

Bonjour à toutes et à tous ! Comment allez vous ? Aujourd’hui, nous allons voir comment reconnaitre une fausse monnaie romaine. Alors j’en ai déjà parlé à travers mon article 5 erreurs courantes en numismatique et dans la vidéo du même nom mais ici, je vais mieux détailler surtout au niveau des contrefaçons. Alors évidemment, différencier une fausse monnaie d’une vraie peut parfois être simple mais cela peut aussi être très difficile et dans certains cas, c’est surtout l’expérience et l’instinct qui comptent et moins les techniques que je vais vous montrer. Passons dès maintenant au vif du sujet et bonne lecture.

Les différentes fausses monnaies romaines :

Sur le marché actuel, il y a différentes catégories de fausses monnaies romaines. Ici, nous allons en retenir trois. Il y a donc les fausses monnaies romaines d’époque, les fausses monnaies romaines du XVIIème siècle et les fausses monnaies romaines actuelles.

Les fausses d’époques

Tout d’abord, parlons des fausses d’époque. Dans cette catégorie, il y a deux types respectifs : les monnaies fourrées et les monnaies barbares.

Qu’est-ce qu’une monnaie fourrée ?

Une monnaie fourrée est une monnaie que quelqu’un a fabriqué en dehors d’un atelier monétaire (lieu de fabrication des monnaies). Elle l’a donc frappée de manière illégale. Cette monnaie est d’abord en cuivre mais reprend les caractéristiques (le diamètre et le design) d’une monnaie en argent ou en or. Par la suite, elle la recouvre d’argent ou d’or, selon ce qu’elle souhaite obtenir et voilà, elle a une monnaie fourrée.

Comment reconnaître une monnaie fourrée ?

Alors, reconnaître une monnaie fourrée est très simple. En effet, autant à l’époque, la monnaie était en bon état et pouvait donc être facilement confondue. Mais aujourd’hui, les monnaies ont près de 2000 ans. Le métal s’est de ce fait oxydé et la monnaie en elle-même s’est abîmée.

Cela nous donne donc deux solutions pour savoir s’il s’agit d’une fausse.

  • La première solution est de voir l’oxydation de la monnaie. En effet, le métal sous le plaquage étant pour la plupart du cuivre, il présente souvent comme oxydation du “vert de gris”. Ceci se présente sous la forme de couche vert clair, plutôt épaisse. Cette formation a pour conséquence de faire “sauter” la couche de métal. Dans ce sens, le vert de gris devient visible, révèle ainsi la présence de cuivre et donc montre que la monnaie est fausse.Voici un exemple d’une monnaie fourrée ayant du vert de gris. Comme vous pouvez le voir, le vert de gris a fait “sauter” la couche d’argent.
  • La deuxième solution est de voir des manques dans le plaquage de la monnaie. En effet, comme je l’ai dit précédemment, les monnaies sont vieilles et se sont abîmées avec le temps. Suite à cela des plaques de métal précieux se sont enlevées de la monnaie, permettant de savoir que la monnaie est fourrée et révélant aussi le cuivre en dessous.
  • Enfin, il existe une dernière solution permettant de savoir si une monnaie est fourrée ou non. Celle-ci n’utilise pas comme les deux précédentes l’apparence de la monnaie mais elle utilise ses caractéristiques. En effet, si vous avez une monnaie fourrée qui est en très bon état et que ni des traces d’oxydation ni des manques sont visibles (ce qui est très rare) alors cette solution est la seule possible. Cette solution consiste tout simplement à peser la monnaie. En effet, le cuivre est physiquement moins lourd que l’argent et que l’or. C’est pourquoi une monnaie fourrée pèsera moins lourd qu’une vraie monnaie.

Qu’est-ce qu’une monnaie barbare ?

Une monnaie barbare est une monnaie qui a été fabriquée de manière illégale par une personne étrangère à l’Empire Romain. En effet, les romains nommaient tout ce qui ne faisait pas partie de l’Empire de “barbare”. Ces monnaies barbares imitaient donc les vraies monnaies romaines et c’est pourquoi on les appelle aussi “imitation barbare”.

Comment reconnaître une monnaie barbare ?

Les monnaies barbares sont comme les monnaies fourrées, facile à reconnaître. En effet, bien qu’elles ressemblent à de vraies monnaies, plusieurs différences au niveau des caractéristiques et du style de la monnaie sont présents.

Tout d’abord, une monnaie barbare est en général bien plus petite qu’une vraie monnaie romaine. En effet, il existe un type spécifique aux monnaies barbares qui est le “minimi”

Voici un exemple de minimi :

Ce type de monnaie se spécifie par un diamètre très petit : en général 15/16 mm et un poids très faible : en général 2/2,5 g. Toutefois, les monnaies barbares n’ont pas toutes ses caractéristiques. Il faut donc employer une autre technique pour les reconnaître.

Ainsi, les imitations barbares ont un style très différent d’une vraie monnaie. Regardons par exemple ces deux antoniniens de Tétricus I. L’une est vraie et l’autre est barbare. Essayez dès maintenant de savoir laquelle est laquelle.

La vraie monnaie est la n°2. Alors qu’elles sont les différences ? Si vous regardez bien, vous allez voir que la vraie monnaie à un style “doux” avec des détails précis et réalistes. Tandis que la fausse monnaie a des détails plus “aigus”, plus grossier, bien moins précis et moins réalistes. Si vous n’arrivez pas à faire la différence, regardez bien les monnaies plusieurs fois. Petit à petit, vous arriverez à les différencier.

Bien sûr, les différences ne sont pas tout le temps comme ça, il arrive parfois que la fausse monnaie soit bien faite et donc qu’elle soit difficile à identifier. Voici un exemple.

Ici, les détails sont plus réalistes et plus précis mais si vous regardez bien, vous verrez que les détails sont plus aigus.

Alors si différencier une imitation barbare et une monnaie romaine vous semble difficile, ne vous inquiétez pas, vous y arriverez avec le temps. Vous avez juste à entraîner votre œil en regardant des vraies et des fausses monnaies et petit à petit, les différences vous sauteront aux yeux.

Les fausses du XVII ème siècle

Concernant les fausses monnaies du XVIIème siècle, il n’y a qu’un seul type : les padouans. Les padouans sont des sortent de copies qui reprennent les traits des monnaies romaines. Ils sont toutefois garanties de “médailles” et non de monnaies. Ces médailles furent créées par Giovanni Cavino dans les années 1500, dans la ville de Padoue d’où le nom. D’ailleurs, elles n’étaient pas frappées comme les monnaies romaines mais généralement coulées ce qui a son importance pour la suite.

Comment reconnaître un padouan ?

Les padouans étaient comme je l’ai dit précédemment : moulés. Cela a pour conséquence que les détails sont moins bien marqués et apparaissent flous. Regardez les deux monnaies ci-dessous. L’une est un padouan et l’autre est un sesterce. Je vous laisse réfléchir à laquelle est laquelle.

Le padouan est du dessous. Si vous regardez bien, les détails sont flous (le sesterce est flous aussi mais c’est dû à l’usure). Ceci est dû au fait que les médailles étaient coulées et non frappées. La technique “frappée” permettaient de mieux “imprimer” les motifs, contrairement au moulage.

Parfois, la padouans ne sont pas “flous” mais au contraire, très détaillé. Voici un exemple :

Le problème avec ceux-ci est qu’ils sont justement trop parfait et c’est grâce à cela que l’on peut les reconnaître.

Une dernière chose sur les padouans, certains furent frappés après le XVIème siècle et sont donc considérés comme des copies de padouans. Malheureusement, je ne m’y connais pas en padouan et ne peux donc pas vous en dire plus.

Les fausses actuelles

Pour la dernière catégorie, il y a deux types de fausses monnaies romaines : les copies et les contrefaçons.

Quelle est la différence entre une copie et une contrefaçon ?

Une copie est une monnaie ayant pour but de ne pas vous tromper. En effet, ce sont surtout des objets vendus dans les musées comme souvenir pour les visiteurs. Ainsi, le but n’est pas de faire croire aux visiteurs qu’il s’agit d’une vraie monnaie romaine. En ce qui concerne les contrefaçons, c’est tout l’inverse : elles ont pour but d’arnaquer. En effet, leur rôle est de se rapprocher le plus possible d’une vraie monnaie afin de faire croire aux gens qu’il s’agit réellement d’une vraie. Pour résumer, une copie n’est pas là pour tromper et une contrefaçon est là pour tromper.

Comment reconnaître une copie ?

Comme je l’ai dit précédemment, les copies ne sont pas là pour vous arnaquer. Il est donc très facile de les reconnaître et pour cela, plusieurs techniques sont mises en place. La première, des détails sont ajoutés sur la monnaie afin de la différencier de la monnaie originale. La deuxième, des mots comme “fake”, “faux”, “copie” … sont ajoutés sur la monnaie. La troisième, la copie n’est littéralement pas constituée du métal dont la vraie est faites. Ainsi, la copie n’est pas de la même couleur. Vous l’aurez compris, une copie est très simple à reconnaître et il ne faut pas s’en inquiéter.

Comment reconnaître une contrefaçon ?

Pour les contrefaçons, c’est une autre paire de manche. En effet, leur but est de vous tromper et c’est pourquoi elles doivent être le plus fidèlement possible ressemblante à la monnaie originale. Pour cela, plusieurs moyens sont mis en place comme l’utilisation du même métal, un vieillissement artificiel de la monnaie, des caractéristiques (poids/diamètre) quasi identiques aux originales et des traits très bien faits. Évidemment cela ne vaut pas pour toutes les contrefaçons car certaines sont mal faites mais celles bien faites répondent à ces critères.

Alors pour reconnaître une contrefaçon, plusieurs techniques existent :

  • La première est de tester chimiquement le métal de la monnaie à l’aide d’un test à l’acide (voici un exemple de kit permettant cela : https://amzn.to/2OyVE3Z . Malheureusement, cela ne marche que pour l’or). En effet, j’ai dit précédemment que le même métal était employé mais ce n’est pas toujours le cas car le coût de fabrication serait élevé. Si le test est négatif et que la monnaie n’a pas les caractéristiques d’une monnaie fourrée, ne cherchez pas plus loin, votre monnaie est très certainement fausse.
  • La deuxième technique est de tester les caractéristiques de votre monnaie, a-t-elle le bon poids ? Le bon diamètre ? Restez tout de même vigilant ici car le poids des monnaies romaines peut fortement varier d’une monnaie à une autre.
  • La troisième technique est d’analyser les traits de la monnaie. Comme j’en parlé avec les monnaies barbares, les monnaies romaines ont un style de gravure propre a elles et cela est très difficile à copier (comme on a pu le voir sur les monnaies barbares). Cette technique est très efficace et est très rapide à utiliser car un coup d’œil suffit. Toutefois, il faut avoir de l’expérience et cela prend un peu de temps. Mais ne vous inquiétez pas, cela viendra au fil du temps et plus vous verrez des monnaies plus vous arriverez à les différencier facilement.
  • La quatrième technique est d’analyser l’aspect de la monnaie. En effet, comme je l’ai dit précédemment, les contrefaçons sont vieillis artificiellement. Cela donne un effet parfaitement homogène à la patine de la monnaie et à la couleur de cette dernière ce qui sur une vraie monnaie n’arrive presque jamais. En effet, une vraie monnaie aura toujours des endroits un peu moins patiné, avec des variations de couleurs, de teintes … Enfin, observez bien les détails de la monnaies, sont ils flous, mal faits ou au contraire sont-ils parfaits ? Une contrefaçon mal faite aura des traits mal faits. Au contraire, une contrefaçon bien faite sera justement trop bien faite.

Voici un exemple d’une contrefaçon :

Une dernière chose sur les contrefaçons, réussir à les différencier facilement est très difficile au début si cette dernière est bien faite. Mais comme je l’ai dit précédemment, votre expertise augmentera avec le temps et cela ne vous posera presque aucun problème par la suite. Aussi, si vous êtes totalement débutant, demandez à quelqu’un afin de vous aider pour savoir si une monnaie est vraie ou non. D’ailleurs, si vous ne connaissez personne qui puisse vous aider, demandez moi à empiredesmonnaies43@gmail.com ou directement via Instagram à @empiredesmonnaies. Enfin, si vous avez le moindre doute ou que la personne a le moindre doute, n’achetez pas cette monnaie.

Voilà, cette article est maintenant terminé. J’espère qu’il vous aura plu et surtout qu’il vous aura était utile et vous évitera de faire des erreurs dans le futur. Dîtes moi dans les commentaires si vous connaissez d’autres techniques pour reconnaître une fausse monnaie. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. A dans deux semaines !

Article précédent : Reconnaitre une fausse annonce

Recevez gratuitement mon livre Autour de la monnaie romaine en cliquant ici

2 réflexions au sujet de « Reconnaitre une fausse monnaie romaine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *